Schuman, de rond-point à agora urbaine

Réaménagement de Schuman : la demande de permis introduite

Réaménagement de Schuman : la demande de permis introduite

En décembre 2017, c’est le projet d’agora urbaine ouverte sur la ville, esquissé par les bureaux d’architecture danois COBE et bruxellois BRUT, qui a remporté le concours d’architecture pour donner un nouveau visage au rond-point Schuman. Après plus d’un an de travail pour peaufiner le projet suite à la concertation avec les riverains et acteurs du quartier, la Région bruxelloise passe aujourd’hui une nouvelle étape importante en déposant la demande de permis d’urbanisme.

« Ne dites plus rond-point, mais place Schuman. Une place est un lieu de rencontre, c’est un lieu emblématique pour Bruxelles. La nouvelle place Schuman sera désormais tout cela. Bruxelles et l’Europe en ont besoin. En ses temps troublés, l’Union européenne a besoin d’un cœur symbolique, d’un lieu de rencontre pour ses citoyens. Nous dotons ainsi Bruxelles, la capitale de l’Europe, d’un nouvel espace central où la vie renaîtra. Ce projet incarne l’ambition de notre ville tant d’un point de vue architectural qu’en terme de vision moderne et durable de la mobilité. Avec l’introduction de la demande de permis, nous franchissons aujourd’hui une étape importante. De vulgaire rond-point destiné au trafic automobile, le rond-point Schuman va être rendu dans les mois à venir aux bruxellois et européens pour devenir demain une agora urbaine, un espace de vie apaisée au cœur du quartier européen.»

Pascal Smet

Pour rappel, afin d’offrir à cette place un réaménagement de haute qualité architecturale et urbanistique, un concours international d’architecture fut lancé fin décembre 2015. Au terme de l’appel, plus de 20 bureaux d’études avaient remis un projet dont 5 furent dans un premier temps désignés à peaufiner leurs esquisses. Le jury d’experts, dirigé par le Bouwmeester, a finalement délibéré et le Gouvernement bruxellois a approuvé l’avis du comité en décembre 2017.

Depuis cette date, les bureaux d’architectes COBE et BRUT ont approfondis leurs esquisses et peaufinés les plans en étroite collaboration avec l’administration régionale Bruxelles Mobilité, BELIRIS et les autres partenaires. Un processus de consultation citoyenne, des workshops et réunions d’informations ont par ailleurs permis de faire évoluer le projet pour que celui-ci réponde aux attentes et besoins des riverains, commerçants et institutions concernées.

«  Je me réjouis de l’aboutissement de la phase de préparation du réaménagement de l’espace Schuman. Avec la participation des habitants, des grands voisins européens, des commerçants et des communes concernées, c’est un projet convivial, sécurisé et ouvert que le gouvernement bruxellois va adopter. C’est aussi l’image international de notre Région qui va bénéficier de ce projet car Schuman est un des lieux symboliques et si souvent filmé par toutes les télévisions du monde! »

Alain Hutchinson

Commissaire du gouvernement bruxellois en charge des relations avec les Institutions européennes.

De rond-point, Schuman devient une agora urbaine :

Concrètement, la philosophie globale et les éléments phares du projet esquissée par les architectes sont maintenus. Le concept de centralité avec le dessin des cercles concentriques au sols, l’installation d’un majestueux auvent miroir au centre de l’espace et la création d’une vaste agora centrale et piétonnisée restent au cœur du projet. Sur l’ensemble du périmètre, un vaste domaine piétonnier est créé allant du parc du Cinquantenaire jusqu’au pont Loi. La circulation entre l’avenue de Cortenbergh vers la rue de la Loi est maintenue. L’ensemble de l’espace sera dès lors traité de manière cohérente et homogène et verdurisé au maximum.

Sécurisation, verdurisation et accessibilité

Les plans déposés ont toutefois évolués afin d’intégrer d’une part des remarques ressorties lors de moments de participation et de consultation citoyenne et d’autre part des exigences en matière de sécurité liées au risque d’attentats ou de menaces éventuelles.

En matière de sécurité, le périmètre du projet est en effet considéré comme une zone sensible étant donné la présence directes de plusieurs bâtiments des institutions européennes. Afin de maintenir l’esthétique du projet et de ne pas le dénaturer par la pose de toutes une série d’infrastructures lourdes (potelets, blocs, barrières, …), le bureau d’étude à opter pour un choix simple et cohérent : intégrer les aspects sécuritaires dans le mobilier urbain et libérer un maximum d’espace public pour la promenade et la rencontre.

Ainsi, pour protéger l’espace au Nord du projet, un long muret longe le pourtour de l’agora urbaine. Végétalisé et utilisé comme large banc, celui-ci s’intègre parfaitement dans le projet. Au niveau de l’esplanade Loi entre la Commission et le Conseil, une série de larges bacs/bancs plantés d’arbres permettra de protéger cet espace de toute éventuelle intrusion dans la zone apaisée.

Suite aux consultations citoyennes, le projet a été revu afin de maximaliser la verdurisation de l’espace. Néanmoins, étant donné la très faible profondeur au sol liée à la présence de la station Schuman et du tunnel Loi, les possibilités de plantations au sol sont limitées sur l’espace central. En plus des nombreuses plantations d’arbres situés des deux côté Petite Loi, le long muret sera végétalisé sur toute sa longueur. Autre adaptation, la face extérieure de l’auvent miroir sera végétalisée.

Grâce aux choix opérés et à l’adaptation des plans, l’agora Schuman deviendra une large zone piétonne encore plus étendue que sur le projet initial où l’accessibilité des cyclistes, piétons et transports publics sera renforcée. Un véritable lien verdurisé entre le parc du Cinquantenaire et Maelbeek est ainsi créé. Le trafic automobile étant limité uniquement entre l’avenue de Cortenbergh et la rue de la Loi. Une piste cyclable sécurisée couleur ocre permettra également de faire le lien entre ces deux axes.

« Avec ce projet, les concepteurs de COBE / BRUT démontrent un travail soigné. Depuis le concours, le plan a été affiné sans pour autant perdre la puissance originale du concept. Les différents modes de circulation fonctionnent avec le confort voulu et les éléments liés à la sécurité sont intégrées de manière discrète. La nouvelle place Schuman s’en retrouve ouverte tout en étant accueillante. » 

Kristian Borret

Bouwmeester bruxellois

Les mois à venir laisseront place à l’enquête publique. Une fois le permis obtenu, les travaux pourraient débuter au second semestre 2020. L’enveloppe budgétaire consacré à ce projet est de 7,78 million d’euros, HTVA. Pour rappel, la Région est en charge du volet étude et élaboration du projet, Beliris de la réalisation des travaux.

 

Share This

Share this post with your friends!