Cyclistes à Bruxelles : 2018 année record

On a jamais compté autant de cyclistes dans la capitale

Nog nooit zoveel fietsers in Brussel

Chaque année la Région bruxelloise réalise, en collaboration avec Pro Vélo, des comptages dans 26 carrefours stratégiques de Bruxelles. Excellente nouvelle, les chiffres de 2018 montrent une belle croissance (+15,6%) et permettent clairement de dresser un bilan clair de ces 5 dernières années : le nombre de cyclistes a tout simplement doublé, ce qui marque une croissance significative du nombre de cyclistes en quelques années dans la capitale.

L’observatoire du vélo a publié ses chiffres. Ceux-ci confirment l’impression partagée par tous les Bruxellois. 

« Les cyclistes n’ont jamais été aussi nombreux à Bruxelles. En 5 ans, grâce notamment au développement d’une véritable politique tournée vers la pratique du vélo, le nombre de cyclistes à Bruxelles a doublé. C’est une performance incroyable. Elle démontre que les Bruxellois se sont mis en selle », poursuit Pascal Smet.»

Pascal Smet

En moyenne, durant l’année 2018, le nombre de cyclistes comptabilisés aux différents carrefours de la Région a encore augmenté de 15,7 %. Après la semaine de la mobilité, le mois de septembre 2018 a même été exceptionnel, avec une augmentation marquée de près de 30 %.

C’est sur la rue de la Loi que l’on compte le plus de cyclistes. Plus de 1000 par heure, le matin, en septembre. Dans le classement, à la même période, viennent ensuite les carrefours Mérode (+ de 1000), la Porte de Flandre, le carrefour Louise-Bailli ou le carrefour Couronne-Germoir.

A quelques exceptions près, la hausse du nombre de cyclistes est constatée sur l’ensemble des 26 lieux de comptage organisés par Pro-Velo lors des 4 moments de l’année.

« Ces chiffres démontrent l’utilité d’investir dans une infrastructure sécurisée. Ainsi, quand vous octroyez plus de places aux cyclistes, vous avez plus de cyclistes en rue. C’est en respectant cette règle essentielle que nous transformons Bruxelles (jusqu’ici une ville pour les voitures) en une ville pour les citoyens (de plus en plus à vélo) »

Pascal Smet